ProDFP

Projet de Développement de la Filière Pintade - Pagouda

 

Monsieur le Maire de la Commune de Pagouda

Monsieur le Représentant de l’organisation Internationale de la francophonie

Mesdames et Messieurs membre de la délégation spéciale de la ville de Pagouda

Messieurs les Représentants des structures déconcentrés de l’Etat 

Messieurs les Responsables des organisations de la société civile 

Messieurs les Opérateurs économiques et cher(e)s éleveurs de Pintades

Distingués invitées à vos rangs et grades respectifs 

Mesdames et Messieurs, Chers invités 

 

Je suis heureux d’être parmi vous aujourd’hui, pour officiellement lancer le Projet de Développement de la Filière Pintade (ProDFP) que la commune de Pagouda a l’honneur d’accueillir. 

 

Mesdames et Messieurs, 

Le contexte de pauvreté accru des populations des régions septentrionales du Togo en général et précisément de celles de Kara, appelle les acteurs de développement à réfléchir à des pistes de sorti urgentes. Augmenter la résilience des communautés par des pratiques agricoles et d’élevage efficace, constitue l’un des défis majeurs des politiques de développement pour la lutte contre la pauvreté et l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD). 

Le contexte de pauvreté accru des populations des régions septentrionales du Togo en général et précisément de celles de Kara, appelle les acteurs de développement à réfléchir à des pistes de sorti urgentes. Augmenter la résilience des communautés par des pratiques agricole et d’élevage efficace, constitue l’un des défis majeurs des politiques de développement pour la lutte contre la pauvreté et l’atteinte des objectifs de développement durable. Au Togo, la pauvreté reste un phénomène principalement rural avec un taux de 73.4% et un indice de plus de 68% dans la région de la Kara (QUIBB 2011). La région de la Kara est l’une des plus pauvres au Togo selon la (SCAPE ; stratégie de croissance accéléré élaboré et mise en œuvre par gouvernement togolais). Selon l’étude sur la localisation géographique de la pauvreté réalisée dans le cadre de la troisième communication sur les changements climatiques (TCN) au Togo, la région de la Kara est à 78% pauvre. Jadis reconnu pour son fort potentiel agricole, Pagouda se présente aujourd’hui comme l’une des communes les plus pauvre de la région et très vulnérables, par des rendements agricoles très faibles à cause de l’état dégradés de ses sols. Conscient de cet état, elle s’est donc lancée depuis quelques années dans un processus de développement local avec l’appui de divers partenaires tels que le gouvernement togolais, l’UCT et l’OIF.